vendredi 8 mai 2020

J54



Peut-être que je me suis pas assez détendue, j’ai pas pris ça comme des vacances.
On s’est levé tous les matins, on a fait l’école, on a fait des beezoo calinoux sous les pti pieds, sous les pti genoux, on a écouté les enfants, on est allé promener, on a fait du cerf-volant, on a bien rigolé dans notre puits sans fond de créativité.

On a cru qu’on était déjà fortement en résistance, on s’est dit parfois que c’était hyper dur : du jour au lendemain, plus de repères… on en a créé plein et surtout de ceux qui apaisent, car on a eu la chance d’être confinés à 4.

On s’est organisé. L’Homme les repas, moi la lessive, les courses, et l’aspi. Pour les enfants, on partage. Ça a été plus souvent les hommes d’un côté et les femmes de l’autre. On a souffert en cœur quand on avait peur ou que l’un de notre équipe avait une aile froissée.

On a été là pour chacun, chaque jour. On a eu l’impression d’être des warriors de faire tout ça avec presque le sourire chaque fois. Même dans les larmes, il y avait du soleil.

Et là, ça va s’arrêter. Et j’ai comme un pti goût bizarre dans la bouche. J’ai l’impression que c’est maintenant qu’on va devoir être des guerriers. Qu’on  fermera les yeux, à  vélo quand on croisera une affiche qui nous promet une deuxième vague super mortelle, ou un vaccin à puce.

Faudra y croire. Beaucoup. Mais parfois, là, perdue dans le néant d’un futur inconnu et anxiogène, j’y crois plus beaucoup.

Alors comme les animaux blessés, je pars seule me réfugier dans un terrier, enfin dans un poulailler. J’ai négocié, et j’ai acheté le terrain aux poules. J’ai payé en grains. Trop bien.
J’ai commencé à construire une mini-yourte. Y a de la place pour Roussette et moi. On met un masque et on se lave les pattes, on s’entend drôlement bien. Elle me raconte la pénurie de grain en 2018 et je lui parle des grands moments de l’histoire de l’art. Celui qu’elle préfère c’est l’histoire de Frida.

Dans toutes les crises, il y a des belles choses. Et dans la mienne, il y a une poule.

Phrases du jour :

J’ai plus rien a dire.  Moi
Salut cocotte !   Mini Pirate
Je t'aime.   L’Homme





Aucun commentaire:

Publier un commentaire