samedi 21 mars 2020

J6




On se demande ce qui restera de nous après. Une fois que l’on pourra ressortir libre et à notre guise, comme avant.

Les courses : munie d’un rouleau de scotch, je me vois déjà en train de pauser mes lignes de distanciation avec mon double mètre et mes ciseaux. Et engueuler tous les clients qui prennent deux paquets de farine.

Dehors : L’Homme s’échine à faire des allers et retour à vélo entre la ville et le domicile, rattraper les kilomètres d’air pur sacrifiés comme un forcené. 

Les autres : leur rouler des pelles dans un débordement de joie et d’envie de proximité.

Les enfants : les placer deux mois en camp de sport au Tessin. 

Le couple : le placer, deux mois en camp de sport en Turquie.

Les chats : leur laisser définitivement l’appartement.

La nature : tondre ces primevères qui nous ont nargués pendant des semaines.

L’école : prévoir un budget de min. 500.- pour le cadeau de fin d’année à la maitresse. Des Dieux, ces gens-là !

Les parents : aller les voir tous les deux jours pour leur dire qu’ils peuvent sortir et qu’ils ARRÊTENT de se laver les mains !

Le PQ : vendre le stock sur internet.

L’argent : griller les économies substantielles dans l’achat d’une baignoire à bulles ou d’un aspirateur autonome.

Le jardin : manger en une fois toutes les tomates plantées durant cette période en chantant Il est liiiiiibre Maaax !

Le savon liquide : ne plus jamais se laver les mains. Le vendre avec le PQ. 

Nos mains : se renseigner sur la faisabilité d’une greffe de fesse pour les réparer.


Phrase du jour :

On est tout petit. Mais on a du PQ.
Ah ben je vais aller regarder la fin de « Chernobyl ». L’Homme

Aucun commentaire:

Publier un commentaire