vendredi 20 mars 2020

J5



Hier soir, j’étais prête à tuer l’Homme avec le pommeau de douche. Je me voyais déjà divorcer, en plein baby boum dans 9 mois ! Tout m’énervait. J’étais à la limite de l’hystérie quand Mini Pirate m’a proposé d’écouter du rap japonais. Prête à tout quitter, je me suis rendue compte que je n’allais pas aller bien plus loin que le hall d’entrée. Moi qui fais trois crises d’angoisse quand je signe un CDI car je me sens enfermée, imaginez-vous le confinement ! Et vous pensez avoir le temps de faire plein de choses, mais non ! Entre l’école à la maison, les dîners, soupers, changements de couche de bébé Stitch, occupation de Mini-Pirate, boulot depuis la maison, téléphoner à ses parents pour leur dire de se laver les mains et de ne pas sortir (comme quoi tout s’inverse) et penser à se poser 16 secondes avec un café pendant le temps de « récréation ».

Que faites-vous du couple ? Vous vous hurlez dessus ou alors vous riez comme des perdus devant les enfants qui vous regardent comme si vous étiez à deux doigts de l’internement (ce qui n’est pas totalement faux). Vous partez en criant et en claquant la porte avec votre sac, « j’me casse faire la gueule dans les WC, merci de me laisser tranquille, on verra si je reviens. » Sur un ton mélodramatique, qui vous fait pleurer vous-même d’auto-apitoiement.

Vous vous surprenez à avoir envie de chanter la vie le matin en marchant dans votre jardin et en admirant les fleurs. Que c’est beau la nature. Vous inventez des chansons où il est question de terre mère, de confiance, de renouveau, de fourmis et de petits oiseaux… Vous avez envie de jeter la moitié de votre appart. Vous vivez tout plus intensément : les couleurs sont plus vives, l’amour plus brut, la peur plus bleue.

Vous vous rebellez contre le non-confinement total et ces vieux mollachus qui dirigent notre pays. Pourquoi ne pas prendre des mesures drastiques qui éviteront la saturation des hôpitaux et qui nous protégeraient au-delà de l’économie ?! La Suisse est molle et neutre et insipide parfois. Elle nous fâche. Nous ne voulons pas être en confinement pendant 16 semaines.

Nous sommes là, en famille, et nous savons que nous faisons tous un effort pour que ça roule. Et c’est précieux comme équipe. Sur le même bateau. On rame, pas toujours avec la même force, ni la même énergie mais on rame et on regarde les dauphins arriver au port de Cagliari.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire